GwadaLUG, infatigable promoteur des logiciels libres

Firefox, VLC, LibreOffice, autant de noms populaires, et pourtant, les logiciels libres souffrent d’une méconnaissance que le GwadaLUG, association guadeloupéenne, s’emploie à combler depuis une dizaine d’années. Des milliers de Guadeloupéens les utilisent quotidiennement, mais bien souvent sans le savoir. Entretien avec son président, Laurent Vergerolle. 

 

Laurent Vergerolle : Le GwadaLUG (Linux Users Group) a été créé en 2006 par plusieurs profils différents, principalement des professeurs d’université et des informaticiens ingénieurs. Ils souhaitaient ainsi rassembler des personnes passionnées de logiciels libres pour qu’elles échangent régulièrement sur le sujet, partagent leurs expériences. Actuellement, l’association compte une trentaine de membres.

 

Plus de 10 ans plus tard, les objectifs de GwadaLUG sont-ils toujours les mêmes ?

Notre première mission est inchangée : promouvoir le logiciel libre. Cela reste essentiel, surtout maintenant que nous sommes dans une ère où l’open source (ndlr : en français, code source ouvert) a le vent en poupe. Plus que jamais, nous avons besoin de faire connaître le libre.

 

Quels sont les rendez-vous et projets actuels de GwadaLUG ?

Nous organisons chaque mois un hackpéro, événement qui permet aux amoureux du libre de se retrouver pour partager. Ce rendez-vous peut comprendre une conférence présentant des logiciels ou technologies libres.

Nous encourageons les initiatives citoyennes en participant, par exemple, à l’exercice  annuel du système d’alerte aux tsunamis et autres risques côtiers dans la Caraïbe, nommé « CaribeWave ». Nous y avons apporté un volet numérique, concernant la manière de rétablir la communication entre les îles de notre archipel, après une catastrophe naturelle. En ayant juste un point internet à la ville de Saint-François, nous avons réussi à mettre en place des réseaux pour relier la Guadeloupe à la Désirade la première année, puis ces deux îles à Marie-Galante l’année suivante.

Par ailleurs, nous nous réunissons en groupes de travail et en 2013, notre groupe de travail THD a créé l’association FWII.fr (French West Indies Internets), qui vise à devenir un Fournisseur d’Accès à Internet (FAI) collaboratif, et permettre à ses membres d’être mieux informés sur l’état du réseau, d’être eux-mêmes les techniciens et d’avoir accès à des services que les FAI traditionnels ne fournissent pas. Cela nous a permis d’augmenter nos connaissances sur les problématiques de l’internet en Guadeloupe.

 

Avez-vous d’autres projets à venir ? 

Nous voulons organiser plus d’« Install Parties », car ce sont des moments privilégiés,  durant lesquels les participants découvrent les logiciels libres, se conseillent entre eux, et surtout rencontrent des personnes qui peuvent les aider à installer et configurer  leur nouvel environnement informatique.

De plus, nous allons améliorer la communication entre les amis du libre en Guadeloupe, en mettant en place un certain nombres d’outils de communication entre les passionnés et les curieux des logiciels libres, pour que chacun puisse obtenir des informations et des réponses à ses questions.

Le logiciel libre est au cœur des préoccupations de nombre de collectivités, d’entreprises, et de centres d’apprentissage du fait de son caractère innovant. La philosophie du libre, débuté par les logiciels, a donné naissance à bien d’autres projets qui visent à protéger et favoriser le partage de la connaissance. Le GwadaLUG souhaite accentuer sa sensibilisation sur ces problématiques actuelles et faire ainsi mieux connaître la philosophie des logiciels libres.