Le Salon Du Numérique, un projet local-national ambitieux

Ultra-présent dans le quotidien Guadeloupéen, le numérique est plus que jamais source de curiosité et d’interrogations. En est la preuve le millier de visiteurs venus s’informer au Salon Du Numérique, qui s’est tenu les 23 et 24 juin au Palais des Sports du Gosier. Entretien avec Allan Faure, organisateur de l’événement.

 

Allan Faure : J’ai eu l’idée de ce salon en 2015, après avoir visité le Consumer Electronic Show de Las Vegas (ndlr : gigantesque rendez-vous pour la high tech mondiale). J’ai été bluffé par le nombre d’exposants, l’affluence internationale, la multitude de contacts qu’il était possible de collecter.

De retour en Guadeloupe, j’ai constaté qu’il n’existait pas de salon du numérique. Or, beaucoup d’entreprises ont du mal à se numériser, à effectuer leur transformation digitale, alors que des experts locaux sont en mesure de les conseiller et de réaliser leurs projets. Il fallait donc créer un événement favorisant les rencontres entre les professionnels de tous les secteurs et ceux du numérique, d’où ce salon.

 

Quel bilan tirez-vous de cette première édition ?

A.F. : Nous avons eu une trentaine d’exposants, ce qui est satisfaisant pour une première. Un millier de personnes ont visité le Salon durant deux jours, avec une orientation professionnelle le vendredi et plus grand public le samedi. Les retours ont été très positifs. Nous avons produit un salon de bonne facture.

 

Pour la prochaine édition, quelles sont vos ambitions ? 

A.F. : Nous voulons toucher toutes les tranches d’âges, tous ceux qui sont intéressés par le numérique. Nous souhaitons en particulier attirer les personnes qui souffrent de la fracture numérique, notamment de la génération X (ndlr : nées dans les années 40 à 80). Le Salon sera l’occasion pour elles de se former avec les bonnes personnes et de dépasser leurs peurs. Nous désirons également que le milieu scolaire soit plus présent l’an prochain.

 

Vous avez évoqué la tenue d’un Salon du Numérique en Martinique. Qu’en est-il ?

A.F. : Oui, il se tiendra en décembre prochain. J’ai une ambition locale-nationale, c’est-à-dire que chaque département français ait son Salon du Numérique. Ainsi, les professionnels auront la possibilité de rencontrer des experts près de chez eux, plus facilement. Il y aura aussi un salon national à Paris, où seront présents tous les grands acteurs du domaine.

Dans le cadre de ce projet global, la réussite de ce premier salon en Guadeloupe était capitale. Je tiens à remercier l’ensemble de ceux qui ont permis que cet événement se passe bien : exposants, sponsors, conférenciers, prestataires, médias. Grâce à tous, ce Salon va s’inscrire dans la durée.

 

 

Crédit photo : IDLineStudio pour Yellow'.